EPOPEE CELESTI art brut nella collezione Decharme

EPOPEE CELESTI  art brut nella collezione Decharme

VILLA MEDICI / 1er mars – 19 mai 2024

180 œuvres exposées. Des  « classiques de l’art brut » mais aussi des découvertes qui ont récemment rejoint la collection.

EPOPEES CELESTES
Avant même que Jean Dubuffet n’invente l’expression en 1945, l’art brut n’a cessé de bousculer l’histoire de l’art et de nourrir les esprits réfractaires aux normes. Mais qui sont-ils, ces artistes d’un genre particulier, témoins d’un autre monde, étrangers
aux courants et aux influences stylistiques ? Ils se tiennent – ou sont tenus – à l’écart de la culture des beaux-arts, des codes et des lieux qui la constituent : écoles, académies, musées, foires…

Si le territoire de l’art brut est celui de « l’homme du com- mun à l’ouvrage », selon la formule de Dubuffet, on peut aussi dire que le destin de ce dernier est « hors du commun », redevable essentiellement à ses capacités psychiques propres, alimentées par un monde intérieur bouillonnant, pourvues d’emprunts faits à la culture populaire.

Ces productions que les Anglo-Saxons nomment outsider art mettent en œuvre des capacités hautement créatives, en prise directe avec les anomalies du monde. Aux confins de l’imagi- naire, perdus dans le réel, éclaboussés d’étoiles, les outsiders redessinent sans cesse la géographie d’un univers qu’ils inventent au fur et à mesure. Avec la liberté et l’altérité comme seules boussoles, ils récoltent, accumulent, remplissent, déchiffrent, noircissent, déforment, amplifient, ordonnancent, bâtissent. Sans filtres, ils se sont lancés dans de grandes épopées célestes.

Caroline Courrioux, Bruno Decharme, Barbara Safarova, Sam Stourdzé.

COLLECTION DECHARME

Débutée à la fin des années 1970, cette collection, devenue uneréférence, est unique en ce qu’elle réunit quatre cents artistes majeurs de l’art brut du xviiie siècle à nos jours. En 1999, Bruno Decharme a fondé l’association abcd (art brut connaissance
& diffusion), un laboratoire de recherche, dirigé par Barbara Safarova, dont les travaux prennent corps à travers des expo- sitions, la publication de livres et la production de films. En 2021, il a fait don de près de mille œuvres au Musée national d’Art moderne – Centre Georges Pompidou, et conserve dans sa famille un ensemble dont une partie est présentée dans l’exposition Épopées célestes.

PUBLICATION