HOGANCAMP mark

1970 . état de new york . états unis

Mark Hogancamp égraine les petits boulots – chauffeur, serveur dans un bar – jusqu’à ce jour d’avril 2000 où il est attaqué, lynché, laissé pour mort à la sortie d’un bar par cinq hommes au prétexte qu’ils l’auraient pris pour un travesti. Après neuf jours dans le coma, et près de deux mois, il sort de l’hôpital diminué par des lésions cérébrales irréversibles qui le rendent en partie amnésique. Sans ressource il ne peut suivre de thérapie. Avec le temps il se construit une nouvelle histoire en créant dans son jardin une ville imaginaire, Marwencol, un village belge de la Seconde Guerre mondiale à l’échelle 1/6 dans lequel il met en scène des poupées – genre Barbie – à son effigie en guerre contre des nazies, des femmes maléfiques et sadiques mais aussi des représentant de ses propres assaillants. Il sedit réalisateur.