STORR marcel

1911 . france

1976 . paris . france

STORR.Marcel

Marcel Storr connait une enfance difficile. Après avoir été abandonné, il est placé dans des fermes où il est maltraité, puis confié à des religieuses en Alsace. Il effectue ensuite divers petits métiers avant de se marier en 1964 et trouve un poste à la Ville de Paris comme cantonnier au Bois de Boulogne. Peu à peu, atteint d’une forte surdité il développe dans le même temps des troubles psychiques qui le conduisent à passer de courts séjours en 1974 à l’hôpital de Ville Evrard. Il meurt d’un cancer en novembre 1976.
Marcel Storr a commencé son œuvre à partir des années 1930 par des églises de petits formats, de style plutôt naïf. Dans les années 60 son style s’affirme, avec la représentation de palais cathédrales évoquant le Sacré-Cœur ou le Kremlin, Sainte-Sophie ou le baroque autrichien. A partir des années 70 son inspiration devient mégalomaniaque, avec des constructions d’inspiration néo babyloniennes qui ne sont pas sans rappeler le Palais du Facteur Cheval ou des ensembles de gratte-ciels gothiques.
Vers la fin des années 1960, la femme de Marcel Storr, gardienne d’une école primaire, profite de l’absence de son mari pour inviter un couple de collectionneurs, Liliane et Bertrand Kempf, à découvrir ses dessins cachés sous la toile cirée de la table de la cuisine. Passionné, le couple suit l’évolution du travail de Storr et à sa mort récupère son intégralité. Dans un premier temps, respectant la volonté du jardinier qui répugnait à montrer son travail et encore moins à le vendre, les Kempf conservent cette œuvre chez eux puis finalement décident de la valoriser en l’exposant et enfin de la mettre sur le marché.