MONSIEL edmund

1897 . wozuczyn . pologne

1962 . wozuczyn . pologne

MONSIEL.Edmund.0829MONSIEL.Edmund.2147 MONSIEL.Edmund.0379 MONSIEL.Edmund.0416  MONSIEL.Edmund.0868 MONSIEL.Edmund.2146

MONSIEL.Edmund.0315 MONSIEL.Edmund.1542 MONSIEL.Edmund.182 MONSIEL.Edmund.230 MONSIEL.Edmund.375

MONSIEL.Edmund.830

D’un niveau scolaire équivalant à l’école primaire, Edmund Monsiel, une fois adulte, tient un petit magasin que les Allemands lui confisquent en 1942. Persuadé que les nazis veulent également l’arrêter, il trouve refuge chez son frère à Wozuczyn, où il se cache dans le grenier et cesse tout contact avec son entourage. La guerre passée, il refuse de croire que le danger est écarté et ne sortira plus de cet « abri » jusqu’à sa mort en 1962. Il laisse derrière lui quelque cinq cents dessins. Si son œuvre paraît inspirée de l’iconographie traditionnelle, populaire et religieuse, elle se présente surtout comme la répétition obsédante, démultipliée, du même : pas un millimètre de chaque feuille qui ne recèle un visage. Ces visages accumulés sont tout à la fois le thème particulier et la composition générale, le contour et le dessin, le fond et la forme.