BAYA (fatma HADDAD, épouse MAHIEDDINE, dite)

1931 . bordj el kiffan (kabylie) . algérie

1998 . blida . algérie

BAYA.335BAYA.428

BAYA.427

Baya perd ses parents à l’âge de cinq ans. Fillette, elle peint et dessine déjà. Âgée d’à peine seize ans, elle a l’opportunité d’exposer des aquarelles à la galerie Maeght à Paris grâce à l’intervention de sa mère adoptive française. André Breton est séduit par son travail, et comme dans un conte de fées, elle rencontre en 1949 Georges Braque et Pablo Picasso. À vingt ans, elle épouse un musicien beaucoup plus âgé qu’elle. Il faut attendre 1962 et la fin de la guerre d’Algérie, pendant laquelle elle s’occupe de ses six enfants, pour qu’elle expose de nouveau. Devenue veuve au milieu des années 1970, Baya sombre dans la dépression.
Ses dessins et tableaux représentent le plus souvent des femmes, des animaux et des plantes, parfois des villages. Ses personnages sont vêtus de grandes et belles robes fleuries et colorées. Visages, fleurs, fruits, oiseaux jaillissent comme des bouquets. Ces divers éléments de formes et de couleurs viennent parfois se mêler, et leur union se résout en une composition presque abstraite, hybride, qui n’est pas sans rappeler Aloïse ou Martha Grünenwaldt. Une œuvre très colorée qui évoque aussi Matisse.